La chronique mensuelle – La Sauce

La chronique mensuelle – La Sauce

Sortant des sentiers battus du théâtre, l’improvisation théâtrale s’est imposée à la fin des années 1970 au Québec et s’est petit à petit exporté un peu partout. Partie d’abord du traditionnel match entre deux équipes coachées par un arbitre, elle a su se démarquer ensuite par divers formats. Notre région n’est d’ailleurs pas en reste. Pour conclure notre série des chroniques mensuelles, nous ne pouvions pas mieux espérer que de pouvoir tendre notre micro aux comédiens de l’association La Sauce, dont le souhait est de promouvoir l’improvisation non compétitive en Suisse Romande.

Qu’est-ce que c’est La Sauce?

© Pop Up mag

«L’idée, c’est vraiment de lancer une sorte d’effort créatif et pédagogique tous ensemble, de monter des cours d’impro et de nouveaux spectacles qui seraient issus de cette philosophie de l’impro qu’on partage avec ces trois troupes ». – Odile

Née il y a quelques mois, l’association La Sauce réunit les trois concepts lausannois : Casting, Impro lido et la Comédie Musicale Improvisée (CMI). Les trois troupes ont souhaité se fédérer pour continuer à développer des cours et des spectacles d’improvisation non compétitifs à Lausanne. « ça s’est fait sur la base de ces gens-là mais, après ça s’est aussi ouvert à d’autres comédiens avec qui on avait envie de travailler, qui n’appartiennent pas forcément à ces trois troupes-là » nous explique Odile, improvisatrice de renom. Beaucoup des improvisateurs de La Sauce se connaissent depuis leur adolescence au sein de l’AVLI – Association Vaudoise des Ligues d’Impro fondée en 1988.

© CMI

Mais spécifions tout d’abord les trois concepts fondateurs de La Sauce. Casting s’articule en deux parties : lors de la première, cinq comédiens tentent le casting d’un film pour décrocher un rôle en présence d’un réalisateur. Après 15 minutes d’entretien entre eux, ils jouent ensuite le film d’une heure au public. La Comédie Musicale Improvisée (CMI) se créée suivant les propositions du public, les instruments sur scène et des idées loufoques des comédiens. Et enfin, Impro Lido se caractérise par ses formats courts dictés par quatre buzzers imposant des contraintes aux comédiens dans leur jeu.

La Sauce te prépare un festival pour juin 2019.

 

L’impro vu de l’intérieur

© Pop Up mag

« La CMI est une discipline extrêmement collective. Quand je sors de ce spectacle, je trouve toujours fou ce qu’on a fait. J’ai l’impression d’être moins en contrôle avec le chant, ça me met dans une zone intéressante, plus challengeante. ». – Odile

Odile Cantero et Tiphanie Bovay-Klameth sont deux grandes pointures de l’improvisation suisse. Odile a été frappée par cet art à 14 ans en mangeant sa pizza avec ses parents au restaurant jouxtant Le Cazard. Sur le moment, elle n’a plus qu’une seule idée en tête : terminer le plus rapidement possible sa part et courir voir s’affronter les deux équipes adverses. Depuis, elle en est devenue mordue. Elle est d’ailleurs co-auteure d’une excellente charte pour et par les improvisatrices avec Christelle Delbrouck.
Tiphanie a commencé l’improvisation et le théâtre jeune et exerce aujourd’hui les deux disciplines avec passion. Elle ne pourra jamais choisir entre l’une ou l’autre, les deux étant complémentaires à son sens.« …En improvisation, quand on joue le but c’est de faire croire que tout est prévu comme si ça avait déjà été écrit. Alors qu’en théâtre le but est de donner la sensation que c’est la première fois que ça se passe. »

© Pop Up mag

« Ce que je trouve très important dans l’impro c’est cette idée que des fois on joue avec des gens qu’on connaît ou pas et puis que d’un coup on est tous d’accord de se mettre en danger et de créer un truc ensemble ». – Tiphanie

Odile enseigne l’improvisation à tout type d’âge. « Quand je vois des gens faire leur premier atelier d’impro, c’est assez dingue d’assister à la zone de lâcher prise dans laquelle on est capable de les emmener, de réveiller le gamin/la gamine qu’il y a en chacun d’entre eux. Moi je vois chez les participants qu’on a que la confiance en soi augmente, le fun collectif augmente et qui fait du bien à tout le monde. »
L’esprit magique de l’impro chez Tiphanie est celui qui réunit des personnes connues ou non et de créer un truc ensemble. « … Des fois on ne se comprend pas, on n’a pas les mêmes sensibilités. Mais, là maintenant on fait quelque chose ensemble, on essaie de se comprendre et  de le faire dans le plaisir. »

Un souvenir marquant? Pour Odile, ce serait le mélange des deux concepts d’impro lido et de la comédie musicale improvisée au festival d’improvisation de la Grange de Dorigny. « J’ai vraiment vu quelque part la naissance de la Sauce et de se dire “en fait on joue dans des spectacles différents mais, on joue tous au même jeu, on pratique tous cette discipline de la même manière, et donc ça marche de croiser les spectacles. » Pour moi c’était un souvenir marquant parce que c’était dingue, hyper émouvant de rentrer sur scène pour venir chanter pour impro lido. J’ai trouvé ça fou. »
Pour Tiphanie c’est le changement de locaux pour Casting du Bleu Lézard au théâtre 2.21 qui a été signifiant. La compagnie venait de fêter ses dix ans, elle y est toujours en résidence depuis. « Je crois qu’à Lausanne, c’est le premier spectacle d’impro qui a été dans un lieu dédié au théâtre. C’était très important pour nous de tout à coup ne plus faire de l’impro dans une cave mais dans un théâtre, et d’y être programmé. »

L’impro en Suisse Romande

© CMI

« C’est très foisonnant en ce moment et il y a tellement plus de cours qu’à l’époque! Moi je vois de plus en plus de monde et de plus en plus d’envie de faire les choses diversifiées ». – Odile

Shakespeare improvisé, Impro d’Âne, Saga, Catch Impo, Sofa, Prénom, Fight Club, the Voice improvisé et j’en passe. Tu en as pour tous les goûts des formats d’impro en Suisse romande. De nouvelles troupes naissent et des ponts se créent entre le théâtre et l‘improvisation. « Je crois qu’il y a un appel du public, et pour nous c’est comme si on nous poussait toujours plus loin. On a envie de créer de nouveaux spectacles, de prendre des risques, d’assumer certaines choses plus théâtrales qu’à l’époque » confie Odile.

© Impro lido

« Ce que je trouve intéressant dans l’improvisation c’est que souvent les improvisateurs se posent des questions sur comment pratiquer. C’est comme si c’était encore un truc neuf. Non seulement on échange beaucoup avec les gens qu’on connaît mais aussi avec les étrangers quand on se croise ». – Tiphanie

Pendant des années, les improvisateurs jouaient devant leurs confrères et consoeurs, connaissances et familles. Aujourd’hui, le public se renouvelle. « Avant l’improvisation n’amenait pas trop de gens du “Théâtre” dans les salles, et maintenant il y a de plus en plus de comédiens, metteurs en scène.  Il y a des quidam, de gens qui aiment l’humour, le théâtre et il y a pas mal de curieux. » observe Tiphanie.

Quel serait leur souhait pour l’impro? Les yeux de Tiphanie pétillent « C’est une discipline très pratiquée et très intéressante artistiquement et je souhaiterais qu’il y ait des fonds. J’aimerais bien que le canton de Vaud qui a vu naître énormément d’improvisateurs et de comédiens professionnels en son sein, intègre dans sa politique culturelle l’improvisation dans ses urgences ». « C’est parfait, il faut rester là-dessus » confirme Odile.

Vivement les premiers pas de La Sauce sur scène!

– Carla

Si tu souhaites découvrir des spectacles d’impro dans la région, n’hésite pas à jeter un oeil à notre sélection 


Précédent TOAST #1 : « Humeur et crayon » de Syn Liu Suivant : TOAST #2 : « La Suisse en Immersions »

Pas de commentaire

Laissez un commentaire !

Laissez un commentaire !