La chronique mensuelle – *Les Gens

La chronique mensuelle – *Les Gens

Les concepts stores ont fait leur apparition en force dernièrement. Mais à la rue du Valentin 28 s’en tient un pas tout à fait comme les autres. *Les Gens a vu le jour en novembre dernier et a tout de suite envoyé du lourd. Ici on est entièrement dédié à la création locale en mélangeant espace de travail pour les artistes, lieu d’exposition pour leurs productions et ateliers créatifs pour les curieux. Pop Up Mag a poussé les portes de cet endroit. Un grand merci à Bénédicte et Lise pour leur accueil et enthousiasme.

C’est qui *Les Gens?

Bénédicte, créatrice au Labo de Piwi et fondatrice de l’espace *Les Gens en compagnie de Lise, créatrice de bijoux travaillant sur place

« L’objectif *Les Gens est vraiment la promotion et la valorisation des savoir-faire du coin, régionaux. Que les créateurs puissent trouver un lieu de diffusion de leurs créations. C’est de s’aider les uns les autres en construisant un réseau solide.». – Bénédicte

Te rappelles-tu de notre chronique mensuelle dédiée au couple de créateurs Le Labo de Piwi? Il y a quelques mois ils nous avaient confié : « Dans le futur, le but c’est vraiment d’essayer d’avoir un espace qui mélange boutique et atelier (…) où on peut vulgariser et que les gens puissent nous voir travailler ».
C’est à présent chose faite depuis le mois de novembre avec à la tête de ce projet les deux groupes de créateurs : Gris Clair (Laurence) et Le Labo de Piwi (Dani et Bénédicte). Créer ce projet main dans la main semblait presque logique pour Bénédicte et Laurence qui se connaissent depuis une dizaine d’années. 

Petit aperçu de l’espace d’exposition des artistes

Le concept *Les Gens est né suite à différentes collaborations et échanges entre créateurs de la région. « C’est l’idée d’un lieu de valorisation, de promotion de nos différents travaux. Que les créateurs puissent trouver un lieu de diffusion de leurs créations. C’est de s’aider les uns les autres en construisant un réseau solide » nous explique Bénédicte. La boutique tourne uniquement au bénévolat entre les membres de l’association puisque tous pratiquent une profession en amont.

Et pourquoi *Les Gens? Pour ne catégoriser aucun de type de personne, que tout le monde soit le bienvenue et « que tout le monde soit bien chez *Les Gens parce qu’on fait tous partie des gens ».

Un coup de pouce aux créateurs

« L’expérience chez *Les Gens amène beaucoup de contacts, de la créativité, de la motivation parce qu’il y a toujours des personnes qui font pleins de choses. En fait c’est juste idéal pour commencer à lancer sa propre entreprise ». – Lise

La boutique expose actuellement une vingtaine de créateurs, chacun louant son espace de promotion. La plupart sont des connaissances aux fondateurs mais, petit à petit affluent également de nouveaux arrivants. Certains les sollicitent par mail ou passent directement en boutique montrer leurs produits. Le message passe et cela réjouit l’équipe.

Le point intéressant pour les exposants est qu’ils sont libres de rester le temps qu’ils souhaitent. L’idée n’est pas d’être « un boulet à leur pied ». Les fondateurs sont conscients des contraintes financières et de l’activité artisanale. Bénédicte ajoute : « C’est en fonction de leurs possibilités. S’ils sont contents ils restent, si ça leur convient pas ils peuvent s’en aller ».
*Les Gens propose une alternative aux marchés, l’artiste peut vendre ses créations sans avoir besoin d’être en permanence sur place. « Les marchés c’est génial pour se faire connaître mais c’est quand même un investissement très important » raconte Bénédicte.

*Les Gens ne propose pas uniquement un espace d’exposition mais de travail. Par exemple, Lise, une jeune bijoutière, a installé son atelier sur place. Elle exerce aux côtés de deux céramistes dont Bénédicte, la designer végétale Midorilab et LO de Sá et ses créations en papier. Il y a même encore de la place. On nous souffle que l’endroit est en quête d’une céramiste, alors n’hésite pas à en parler autour de toi.

Pour Lise c’est une situation idéale pour commencer à lancer sa propre entreprise, ça faisait longtemps qu’elle cherchait ça.
Elle apprécie ce lieu car il est propice aux collaborations, rencontres, entraides, conseils. « Les gens complètent des connaissances qu’ils ont, le fait de savoir faire de la bijouterie, quelqu’un d’autre sait faire du graphisme…(…) Avec Bénédicte on avait pour projet de lancer une collaboration, c’est venu du fait qu’elle faisait des petits éléments en céramique et que je pouvais les monter en bijoux. On veut faire des choses ensemble ». 

Le dernier coup de coeur pour Lise et Bénédicte à la boutique revient à la photographe Nicole Chuad travaillant avec la technique du cyanotype. Elle donne également des cours sur place, le premier est déjà complet.

*Les Gens et toi

« On a pas mal de gens du quartier aussi, on recrée un micro climat agréable. C’est un peu comme des petits villages dans des villes en fait ». – Lise

Trouver le local n’a pas été une mince affaire mais le numéro 28 de la rue du Valentin a conquis les coeurs. L’espace se divise en deux étages avec au au premier l’exposition des créations, un espace pour les ateliers en groupe, des ateliers d’artistes, un coin café et au rez l’atelier céramique.
On te propose régulièrement des cours d’initiation au tricot de couvertures XXL, de fabrication de produits écologiques, de bijouterie, de compositions florales, de création de carnets de note etc. On t’invite à venir consulter les prochains ici.
On souhaite créer une émulsion en vulgarisant les savoirs-faire artistiques. Chacun y trouve son compte.

De manière générale, il y a de bons retours du nouveau concept store local. Les valeurs locales, artisanales et « fait mains » plaisent. Lise nous l’explique : « Surtout à notre génération entre 20 et 50 ans, je ne vais pas mettre des choses définies mais ça nous parle beaucoup. C’est un mouvement qui commence à se développer très fort, c’est quelque chose de sain et agréable. On a pas mal de gens du quartier aussi, on recrée un micro climat agréable. C’est un peu comme des petits villages dans des villes en fait ».
Le projet pour les créateurs travaillant sur place serait d’organiser des portes ouvertes prochainement, on se tient déjà prêt.

– Carla

Site web
Facebook
Instagram

 


Précédent Nyon Culture Suivant : Le petit Stockholm des Lausannois

Pas de commentaire

Laissez un commentaire !

Laissez un commentaire !