Nos coins culturels#1

Nos coins culturels#1

Après bientôt six mois d’existence, il semblait logique que nous t’en disions un peu plus à notre propos. Car au final, c’est qui Pop Up Mag ? Pour se dévoiler de manière un peu plus originale, nous avons opté pour une présentation à travers des lieux culturels que nous fréquentons et avec qui nous possédons une affiliation forte. Bienvenue dans l’univers de Yohan, Mélanie, Carla, Florian et Solène!

Yohan : La salle del Castillo

© Ivo Fovanna

La salle del Castillo est une icône de la ville de Vevey. Construite bien avant ma naissance, en 1908, je l’ai longtemps connue sous le nom du Baobab casino avant qu’elle soit récupéré par la commune et totalement rénovée par l’agence d’architecture Architecum basée dans le quartier des planches, à Montreux.
Récupérée dans un état vetuste en 2009 par la commune, le lieu à révélé ses secrets après l’affaissement du faux plafond qui en cachait un autre magnifique sculpté et parsemé de dorures.

J’ai décidé de parler de cet endroit non seulement car il s’agit d’un lieu emblématique de Vevey mais aussi car cet espace au style néo baroque et à l’architecture étonnante abrite aujourd’hui une pléthore d’évènement culturels comme le festival Image. Il s’agit d’un lieu culturel très intéressant et la beauté de son architecture, tantôt impressionnante et grandiloquente, tantôt intimiste et épurée, témoigne du grand soin apporté durant la rénovation de cet espace-oeuvre d’art.

Depuis quelques années, Vevey bouge et se transforme. De nombreux cafés, magasins design, concept stores et salles d’exposition ont ouverts leurs portes. Pour moi, la rénovation de la Salle del Castillo ainsi que la popularité grandissante du festival Images sont les évènements déclencheurs de cette transformation.
Ainsi, depuis 2 ans, j’ai pu découvrir divers artistes exposant leurs travail dans la Salle del Castillo. Chaque espace d’exposition, au nombre de 4, permettent des agencement uniques. Durant le festival Images 2016, la grande salle se transformait en un parcours d’exposition permettant de créer une narration entre les oeuvres de Michael Schirner et Hans-Peter Feldmann. Le sous-sol, beaucoup plus petit, était parsemé d’une dizaine de casques VR par lesquels les spectateurs pouvaient se balader au fond du lac Léman et apprécier des oeuvres sous-marines. En haut des escaliers, un studio improvisé permettait aux spectateurs de découvrir la pratique du fond vert en s’amusant à s’incruster dans les oeuvres de Martin Paar.

Si je parle beaucoup du festival Images, il ne faut pas oublier que la Salle del Castillo est mise à disposition pour plusieurs autres évènements culturels (festival d’improvisation théâtrale, concerts etc). Ainsi, lors du Vevey Urban Project 2017, la grande salle abritait des concours de danse hiphop/breakdance. Je t’encourage donc vivement à visiter cette salle!

© Yohan Nieto

 

© Yohan Nieto

© Yohan Nieto

Salle del Castillo
Grande Place 1
1800 Vevey
Site web : http://www.salledelcastillo.ch/

Mélanie : le Mudac – Musée de design et d’arts appliqués contemporains

A travers le reflet de Distorsions de Pierre-Laurent Cassière, 2013 © Ivo Fovanna

Au cœur de la Cité lausannoise se trouve le Mudac, le musée de design et d’arts appliqués contemporains, l’un des musées culturels les plus convoités en Suisse romande. Et pourquoi je te parle de cette institution ? Tout simplement parce que c’est l’une de mes sources d’inspiration. Lorsque l’occasion se présente, je vais au Mudac m’imprégner du regard nouveau des artistes. Cela me permet de renouveler ma créativité en tant que graphiste et de découvrir de nouvelles techniques d’expression contemporaine.

Ce que je trouve fascinant dans l’art/design contemporain c’est que l’œuvre a beau véhiculer un message précis, tout le monde en aura une interprétation différente. L’art fait parler, peu importe sa nature. Ce qui me plait au Mudac, c’est qu’on ne sait jamais à quoi s’attendre et on est toujours surpris de pièces en pièces. Je me souviens la première fois où je suis allée voir une exposition dans ce musée, c’était avec Carla et ce fut un véritable coup de foudre. L’expo s’intitulait « Pop-Up. Design entre les dimensions » (un pur hasard, qu’on soit d’accord) et rien que pour la thématique, j’y suis retournée trois fois tellement je trouvais intéressant. Une chose à savoir, c’est que le Mudac propose des expositions temporaires en lien avec les tendances actuelles de notre société. C’est donc un concentré de fraicheur qui s’installe sur 2 étages en plus de l’exposition permanente sur l’art du verre qui mérite également le détour. Je repars toujours avec le souvenir d’une installation marquante et un flyers, si ce n’est pas un objet de la fameuse boutique du musée.

La dernière exposition intitulée « Miroir Miroir » est très réussie, je trouve. L’enjeu sociologique est d’exprimer ce rapport narcissique à l’image, son reflet et sa diffusion. Un de mes coups de cœur va pour la création de Pierre-Laurent Cassière « Distortions » qui nous transporte dans une autre dimension accompagnée d’une sonorité vibrante. Va donc toi aussi enrichir ta boîte créative au Mudac ces prochains jours et dis-moi ce que tu as pensé de cette expo !

Devant l’oeuvre Wooden Mirror de Daniel Rozin, 2014 © Ivo Fovanna

 

© Mudac

 

Le Mudac – Musée de design et d’arts appliqués contemporains
Place de la Cathédrale 6
1012 Lausanne
site web : http://mudac.ch/

Carla : le théâtre 2.21

© Ivo Fovanna

J’ai découvert le théâtre 2.21 il y a trois ans. J’en avais souvent entendu parler mais ne m’étais jamais particulièrement aventurée dans cette partie de Lausanne. Ayant réalisé plusieurs années à l’école de théâtre Digglemann, j’avais envie de sortir de ma zone de confort en testant l’improvisation théâtrale. J’ai donc découvert l’univers fabuleux de cette discipline grâce aux enseignants du spectacle Casting de la troupe Lausanne Impro qui se présente environ deux fois par mois au théâtre 2.21. Depuis, l’improvisation est devenue un grand centre d’intérêt et je me suis rendue dans plusieurs autres salles de Suisse romande pour en découvrir ses multiples facettes. Mais la formule Casting au 2.21 reste à mes yeux le moment le plus magique par son format et la qualité d’interprétation des comédiens.

J’ai joué il y a quelques semaines mon deuxième spectacle d’improvisation et pour la première fois sur la scène 1 où se représente Casting. C’était un vrai plaisir de fouler le sol de cette scène avec ma troupe. La scène en elle-même est basse (contrairement au théâtre du Reflet à Vevey) et le public rapproché, ce qui crée une intimité assez agréable. Au fond de la salle se trouve un bar et la régie, c’est une sorte de café théâtre ce qui rend l’atmosphère peut-être plus conviviale et détendue qu’une traditionnelle salle de spectacle.

J’apprécie spécialement le théâtre 2.21 pour la variété et la qualité de ses spectacles. Il se définit d’ailleurs comme «Un outil de création, un tremplin pour les jeunes créateurs, un lieu d’essai pour des formes particulières de spectacle, un écrin pour des spectacles intimistes». Les créations proviennent très souvent de Lausanne ou de Suisse romande ce qui permet d’avoir une vue assez unique sur ce qui se produit ici. Par exemple, le spectacle « Autour d’Aloïse » de Sébastien Ribaux en 2015 m’avait spécialement touchée par la perception du metteur en scène sur l’artiste lausannoise et son univers.

Les salles du théâtre sont d’ailleurs ouvertes lors d’événements culturels comme Le Festival de la Cité, Les Urbaines ou BD-FIL. Une chose est sûre, en partant pour deux ans à Lyon pour mes études (mais restant à 100% active à Pop Up Mag!), le théâtre 2.21 et son univers vont me manquer. Alors viens soutenir et profiter à ma place!

 

© Ivo Fovanna

 

© Ivo Fovanna

Le Théâtre 2.21
Rue de l’industrie 10
1005 Lausanne
Site web : http://www.theatre221.ch/

 

Florian :  La Fondation de l’Hermitage

© Ivo Fovanna

Choisir un lieu culturel dans la région que l’on préfère, quel défi ! Lorsque Carla m’a posé cette question, j’ai du réfléchir savamment, car il y a beaucoup d’endroits où la culture coule à flots ! Pour moi, la première image qui me vient en tête quand on parle de « lieu culturel », c’est celle de musées. Je ne sais pas pourquoi, mais les musées sont pour moi l’endroit culturel par excellence, ils sont la représentation la plus classique que j’ai de la culture. Il y a, bien sûr, des tas d’autres institutions qui peuvent se considérer comme tel !

Pourquoi est-ce que je vous parle de musée ? Eh bien parce que mon choix s’est arrêté sur la Fondation de l’Hermitage, surtout son musée. Un peu d’histoire: en 1841, le banquier Charles-Juste Bugnion achète un terrain sur une colline surplombant Lausanne. Entre 1851 et 1853, il y fait construire une maison de maître. Il l’agrémente d’un magnifique parc emplis de végétation rare. En 1976, les descendant lègue la propriété à la ville de Lausanne, qui restaure soigneusement le lieu. En même temps, une fondation privée est créée. Elle a deux objectifs : entretenir et faire connaître une magnifique maison lausannoise du XIXème siècle et mettre sur pied un musée consacré aux Beaux-Arts, principalement à la peinture. C’est ça qui nous intéresse ! Ouvert en 1984, le musée organise chaque année deux à trois expositions de renom international, dans ce cadre romantique qu’est la maison et le parc de l’Hermitage.

Premièrement, je vais vous parler du lieu, que je trouve assez exceptionnel : une très belle maison, peinte en rose, de style tout à fait d’époque, surplombant un parc orné de grands arbres et de végétation diverse, tout cela à quelques minutes de la cathédrale de Lausanne ! A ma connaissance, il n’existe pas beaucoup d’endroit comme ça. J’aime l’atmosphère qui se dégage de l’intérieur de la maison, les pièces sont encore ornées de cheminées, le parquet craque sous nos pas et les grandes vitres offrent une lumière naturelle adéquate à la contemplation des œuvres accrochées aux murs. Au premier étage, auquel on accède par un bel escalier de pierre, une pièce est réservée à une collection de portrait, ainsi qu’au mobilier d’origine. Dans les combles, on aperçoit encore les poutres soutenant le toit, bref, on a l’impression d’être chez quelqu’un ! Le sous-sol modernisé apporte la touche contemporaine au lieu. Tout ceci donne une chaleur qui n’empiète pas sur les œuvres présentées, mais qui au contraire, s’y accorde et les met en valeur.

Les œuvres, parlons-en justement : le musée possède une collection permanente de près de 650 œuvres, qu’il présente en partie durant certaines expositions. Cette collection est constituée de dons, legs et autres dépôts versés depuis l’ouverture du musée, et la majorité du fonds regroupe des peintres impressionnistes et post-impressionnistes. C’est le courant artistique que je préfère ! En ce moment, jusqu’au 29 octobre 2017, les chefs-d’œuvre de la collection Bührle sont exposés : Monet, Cézanne, Manet, Van Gogh, et bien d’autres. Je conseille vivement cette exposition aux amateurs de peinture impressionniste comme moi !

Pour résumer : si vous avez envie, par une belle après-midi, de vous plongez dans les classiques de la peinture, le tout dans un cadre romantique et naturel, presque au cœur de la ville de Lausanne, la Fondation de l’Hermitage vous conviendra certainement !

© Ivo Fovanna

 

© MySwitzerland.com

 

Fondation de L’Hermitage
Route du Signal 2
1000 Lausanne
Site web : https://www.fondation-hermitage.ch/actualite/

 

Solène : Le Romandie

© Ivo Fovanna

La culture à Lausanne s’exprime à travers ses nombreux théâtres, musées et festivals, mais aussi par sa vie nocturne et musicale ! Et selon moi, le Romandie représente bien cette facette de la ville : installé depuis 2008 en son coeur, à côté de la place de l’Europe, il est un lieu connu de tous les fêtards pour ses concerts de groupes indépendants, que ce soit du rock, de l’électro ou encore du rap.

Cet endroit représente pour moi des bons moments passés avec mes amis; c’est un lieu auquel j’associe des souvenirs qui me sont chers. Je pense par exemple à cette soirée lors de laquelle je suis passée par hasard devant le Romandie alors que je rentrais tranquillement chez moi : j’étais tombée sur pleins de connaissances qui assistaient à un concert. Les discussions se sont enchaînées et au final, j’ai passé la nuit là-bas et je me suis éclatée. C’est un endroit où je peux me rendre seule à l’improviste en étant quasi certaine d’y retrouver des personnes que j’apprécie, et j’aime bien cette idée. Plus généralement, j’ai l’impression que les gens qui s’y rendent sont des gens cools. J’entends par là des gens sympas, pas prises de tête, à des kilomètres des clichés qu’on peut se faire des boîtes, genre bastons et talons obligatoires. Il y a une vraie ambiance détendue au Romandie.

En plus de sa propre programmation riche en concerts acharnés et en DJ sets déchaînés, le Romandie collabore avec diverses manifestations lausannoises : Les Urbaines ou encore la Fête de la musique  proposent des représentations qui ont lieu au Romandie même. J’apprécie aussi son côté local : 50% des artistes invités viennent de Suisse. Tout cela me conforte dans l’idée que le Romandie est un lieu essentiel de la scène culturelle romande.

On ne connaît pas une ville tant qu’on ne la visite pas de nuit. Si tu veux découvrir Lausanne, je te conseille le Romandie 🙂

© Ivo Fovanna

 

© Chris Blaser.

 

Le Romandie
Place de l’Europe 1A
1003 Lausanne
Site web : https://www.leromandie.ch

 

Et voilà, nous arrivons au terme de notre petit tour. Un grand MERCI à Ivo Fovanna, étudiant en photographie à l’ECAL pour nous avoir suivi dans ce marathon photo d’une journée. Nous remercions également les institutions citées pour nous avoir ouvert leurs portes et pris le temps qu’il fallait pour nous recevoir. Si toi aussi tu souhaiterais présenter un lieu culturel de la région qui te tient à coeur, n’hésite pas à nous à écrire. Nous avons en tête d’en faire une petite série 😉


Précédent Les cafés s’exposent #1 – Le Café littéraire Suivant : La chronique mensuelle – Bravo !

Pas de commentaire

Laissez un commentaire !

Laissez un commentaire !