Les cafés s’exposent #1 – Le Café littéraire

Les cafés s’exposent #1 – Le Café littéraire

Nouvelle rubrique chez Pop Up mag, « les cafés s’exposent » ! Chaque mois, nous mettrons en avant un café ou un bar de la région qui se veut culturel en matière d’expositions, collaborations ou animations sur place. Pour ce premier article, voici une interview avec le Café littéraire, la pause culturelle veveysanne ! Où quant la littérature rime avec nourriture…

Le Café littéraire

Si vous cherchez un bistrot pour boire un verre dans la convivialité ou lire votre livre préféré, je vous propose le Café littéraire. Conçu par une équipe dynamique (Camille, Linda, Selim et Philippe), ce café favorise la culture et les rencontres dans un cadre riverin, à Vevey. Niché juste à côté de la Bibliothèque municipale de la ville, il est caractérisé par son univers cosy/littéraire et sa décoration vintage, le Café littéraire propose une carte variée et locale ainsi qu’un programme d’activités culturelles à vivre sur place. Un grand merci à Selim, Philippe et leur team d’avoir contribué à cet article.

 

 Interview avec Selim Krichane

— D’où est venue cette idée d’associer la littérature à votre café ? Pourquoi ?

Nous rêvions d’un lieu semblable à ce que nous avions eu l’occasion de découvrir à l’étranger. Linda et Philippe avaient en tête l’effervescence des cafés bouillonnants de Séville. Camille et Selim rentraient d’un long séjour à Brooklyn. Nous sommes tous des lettreux (Université de Lausanne), l’idée d’un café littéraire nous est donc venue naturellement !

— Cet esprit culturel est très apprécié, quel est le message que vous souhaitez transmettre au public ?

Il s’agit certainement moins d’un message que d’une atmosphère. Nous avions une certaine idée de ce que pouvait être un espace public. Un espace de rencontre et de partage. Nous voulions associer notre goût pour les bons produits – qui sont désormais aussi servis le soir – à notre passion pour les arts.

— Comment construisez-vous votre programme mensuel ? En fonction de vos propres envies ou de celles de vos clients ?

Une association gère l’organisation des événements culturels. Elle compte en ce moment sept membres (très) actifs. Nous recevons beaucoup de propositions et chaque membre vient également avec ses idées, ses envies. Le tout est disponible sur notre site internet. De semestre en semestre, le programme prend forme. Nous tenons à conserver une programmation variée et à mettre en avant des producteurs (de culture) locaux !

— Est-ce que vous pensez que ce concept s’adresse à un public élitiste ou est-il accessible à tous ?

Notre café est tout sauf élitiste ! Nous organisons des soirées concerts, des tournois de jeu vidéo, des expositions photographiques, des soirées stand-up et impro’. Nous tenons à conserver une vision inclusive de la culture. La littérature en est un agent puissant, aux côtés du cinéma, du jeu vidéo et de la musique. Chacun peut trouver de quoi nourrir son appétit de culture. Et, de fait, notre clientèle est très éclectique, ce qui nous convient parfaitement.

— Quel est votre point de vue sur l’avenir du livre (papier) face à l’évolution numérique ?

Le livre se porte très bien, merci ! Nous faisons partie des optimistes. Aucune angoisse technophobe du côté du Café littéraire. Le numérique n’élimine pas la matérialité des objets qui nous entourent. Le papier conserve sa texture, son odeur, sa forme et, par extension, sa singularité. Plusieurs formes de livres coexistent. De même que le cinéma n’a pas tué la littérature, la BD n’a pas provoqué l’extinction du cinéma, etc.

— Comment voyez-vous l’avenir pour le Café littéraire ? Souhaiteriez-vous vous exporter ailleurs en Suisse romande ?

Que le Café littéraire participe à plus d’une Fête des Vignerons constituerait une belle réussite (rires éparses) ! Difficile de ne pas verser dans la banalité : continuer, innover, savoir se renouveler… Pas de plan d’exportation pour le moment. S’il y a des intéressés, nous pourrions envisager de vendre une licence… (ironique).

— Enfin, si vous deviez conseiller à nos lecteurs un livre à lire avec votre fameuse planchette mixte ?

En ce moment, Selim lit les œuvres complètes de George Perec et trouve ça délicieux. Camille a dévoré Hiver à Sokcho d’Elisa Shua Dusapin (Éditions Zoé). Linda lit Zorba de Nikos Kazantzaki et Philippe entame Le Garçon qui croyait au paradis de Maurice Chappaz.

 

Pour conclure…

Je recommande le Café littéraire pour une pause estivale avec une citronade servie par un personnel souriant et agréable ! J’ai eu également l’occasion de discuter avec Philippe qui m’a également expliqué en quoi consiste les expositions temporaires au café. Rajoutant un petit plus à la décoration, ces expositions murales permettent aussi de faire découvrir une âme créative au public sur une durée de 2 mois. Actuellement, « Nature Future », une série d’illustrations par Maude Gyger, jeune étudiante de l’ECAL. Bonne suite au Café littéraire !

 

Mélanie

Philippe devant le travail de Maude Gyger


Précédent Les Lausannois et leurs festivals de cinéma Suivant : Nos coins culturels#1

Pas de commentaire

Laissez un commentaire !

Laissez un commentaire !