Les coups de cœur littéraires de Florian

Les coups de cœur littéraires de Florian

Pour mon premier article, j’ai décidé de te présenter  mes derniers coups de cœur littérature. Voici donc ma petite sélection d’incontournables, bonne lecture !

Le parfum / Patrick Süskind

©Le livre de poche

France, XVIIIème siècle. Jean-Baptiste Grenouille nait à même le sol, dans les détritus, les mauvaises odeurs, l’indifférence. Mais cet être mystérieux possède un don. Un don unique, qu’il découvre en grandissant, un odorat extrêmement développé. Le corps de ce personnage n’a besoin que de l’essentiel pour survivre, son âme n’a besoin de rien.

A travers ce roman, nous suivons l’histoire de Jean-Baptiste, qui compte bien mettre à profit son nez exceptionnel, pour le meilleur ou pour le pire!

C’est une amie proche qui m’a fait découvrir ce livre.
Je l’ai lu d’une traite!

La période historique dans laquelle se déroule l’histoire est une de mes préférée, le XVIIIème siècle (de 1701 à 1800 pour ceux qui n’ont pas envie de calculer!). Siècle des Lumières, du développement de l’encyclopédie de Diderot, siècle de Voltaire, de la révolution française, de la révolution américaine, bref, un siècle qui en a vu pas mal!

J’ai été particulièrement frappé par la façon dont l’auteur décrit les odeurs, c’est absolument incroyable, je pouvais moi-même les sentir! La trame en elle-même est relativement sombre, voir glauque parfois, cela dépend de la sensibilité du lecteur/de la lectrice. Difficile de s’attacher au personnage, tellement celui-ci paraît « bestial », inhumain, mais pourtant doté d’une intelligence certaine, qu’il garde entièrement pour lui.

On voyage un peu en France, et on apprend beaucoup sur l’art qu’était de fabriquer le parfum à l’époque, j’ai trouvé ça vraiment intéressant. Le tout est agrémenté d’une pointe d’humour noir tout à fait convenable!

Un classique que je recommande à tous ceux qui aime l’histoire et le suspens, mais surtout: le parfum!

Pour aller plus loin, un film a été réalisé à partir du roman:

Le Parfum, histoire d’un meurtrier (Perfume: The Story of a Murderer), 2006 par Tom Tykwer

 

Berthe Morisot : le secret de la femme en noir / Dominique Bona

Détail de "Berthe Morisot au bouquet de violettes", 1892, musée d'Orsay

©Le livre de poche

Qui est cette jeune femme? Toute vêtue de noir, tenant à la main un bouquet de violette, elle fut peinte par Manet dans les années 1870. On pourrait croire à un modèle, cependant, c’est plus que cela. Berthe Morisot, c’est son nom, fut la seule femme du groupe des impressionnistes qui révolutionna le monde de la peinture à la fin du XIXème siècle. Née en 1841 en province, elle exposera par la suite à Paris ses toiles parmi celles de ces hommes, qui, à l’époque, n’étaient pas du tout reconnu.

Histoire très intéressante, et surtout réelle! Portrait d’une femme-peintre au XIXème siècle, fait plutôt rare à l’époque. A travers ses luttes et ses réussites, Berthe a su amener une touche de féminité à cet univers exclusivement masculin. Bien-sûr, il ne faut pas oublier son niveau social, plutôt bourgeoise, ce qui a sûrement aidé. Mais tout de même, elle s’est battue pour être reconnue.

L’atmosphère du roman biographique est également envoûtante: Paris, au XIXème siècle, on s’imagine les cabarets, les bistros, les rues pavées, parcourues par des charrettes de marchands, l’époque emblématique des chemin de fers (voir les tableaux de Monet qui a réussissant à capturer l’ambiance de la gare Saint-Lazare!)

J’ai lu ce livre durant l’été 2016, et j’y suis découvert une vraie passion pour la peinture impressionniste. J’ai trouvé un autre livre qui parlait de ces tableaux énigmatiques, qui fascinent encore aujourd’hui par leur simplicité, leur naturel, la façon dont les peintres ont réussis à capter la lumière, l’atmosphère, l’impression, à aborder des thèmes de la vie de tous les jours.

Je recommande une petite virée au musée d’Orsay, à Paris, pour y admirer les tableaux parmi les plus célèbres! Et pour ce qui est de plus local, le musée de la Fondation l’Hermitage, à Lausanne, va exposer les chefs-d’œuvres de la colleciton Bührle du 7 avril au 29 octobre 2017.

Ça, tome 1 et 2 / Stephen King

©Le livre de poche, tome 1

Derry, petite ville de l’état du Maine aux Etats-Unis, 1958.

George Denbrough, dévalant la pente d’une rue de la ville sous une pluie battante, suit assidûment son bateau en papier, fabriqué par son frère, Bill, cloué au lit par une fièvre, quand soudain celui-ci glisse dans un caniveau sous le trottoir. George se penche pour le essayer de le récupérer, mais quelque chose d’inattendu et de fatal l’attend dans le noir…

Classique! Le roman le plus célèbre du « maître de l’horreur » m’a tenu en haleine jusqu’au bout! J’étais très réticent, il y a quelque temps, à me lancer dans la lecture de l’œuvre de Stephen King. J’avais vu l’adaptation à l’écran du roman « Shining » par Stanley Kubrick, et ça m’avait tellement glacé le sang que je m’étais dit que ce n’était pas pour moi. Je me trompais!

L’histoire, abordant les peurs classiques de l’enfance (loup-garou, mort-vivant, sorcière, etc.), n’est pas seulement un conte horrifique, c’est également un formidable tableau dépeignant l’amitié, la solidarité, mais aussi la société américaine à la fin des années 1950. Malgré le nombre important de personnages principaux (7 tout de même!) Stephen K. nous présente chacun d’eux de manière très détaillée, si bien que l’on a l’impression de les connaître depuis toujours. L’auteur manie le suspens avec doigté et arrive à nous faire passer d’une scène totalement terrifiante à un moment presque banal et sans importance, tout comme les émotions des enfants qui changent subitement, passant des larmes au rire en un battement de cil!

J’ai lu la traduction française, et je trouve le texte tout à fait accessible, ça « se lit rapidement »! Par contre, les deux tomes sont relativement conséquent, 1’437 pages tout de même!

J’ai acquis quelques autres ouvrages de Stephen King, je ne compte pas m’arrêter de si tôt!

Aussi, cette année, une nouvelle adaptation cinématographique va sortir en salle, à la sauce 2017! Je vous laisse découvrir la bande-annonce.

Voilà, j’espère que mes « coups de cœur » vous donneront envie de rester éveillé jusqu’au prochain chapitre!

 


Précédent Zoom sur les galeries romandes Suivant : Se perdre dans Edimbourg

Pas de commentaire

Laissez un commentaire !

Laissez un commentaire !